WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Publié le par Marie

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Tous les glaciéristes le disent : Cogne c'est LE spot pour la cascade de glace dans les alpes du Nord, le paradis des grimpeurs sur glace, une destination à ne pas manquer ... C'est donc sur ce petit village italien, au pied du grand paradis, que nous jetons notre dévolu pour nos quatre jours de cascade de glace annuels avec les filles. Élisabeth (Sam), Julie, Marie, Pauline, Violaine sont disponibles. Amel (qui nous avait déjà accompagnés à la Sainte Victoire en mai) remplacera Aurélie au pied levé. Quant à Emma, prise par la préparation de l'initiateur ski de rando, elle ne pourra pas se joindre à nous. Pour nous encadrer, Victor et Alex seront présents.

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Après la réservation d'un logement, la gestion des repas, le montage du coffre de toit, le rassemblement du matériel pour quatre cordées... nous voilà fin prêt. RDV est donné à six heure vendredi matin, direction le Val d'Aoste. Il ne fait vraiment pas beau sur la route, avec une alternance entre pluie et neige, mais le beau temps nous attend juste à la sortie du tunnel du Mont-Blanc : ça s'annonce bien. D'ailleurs le soleil ne nous quittera pas pendant les quatre jours !

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Nous arrivons à Cognes en milieu de matinée, et il ne fait vraiment pas froid. L'idée de base était de commencer sur une petite cascade facile, histoire de reprendre nos marques, et de retravailler notre planté de piolet, la pose des crampons et la mise en place des broches à glaces. Victor va jeter un œil, la cascade n'est pas du tout en conditions. Premier changement de plan du WE, nous suivons le sentier pour glaciéristes direction Tuborg en rive gauche de Valeille.

La cascade est très belle, mais trop raide pour une reprise, et nous ne sommes pas seuls. En attendant notre tour, nous pique-niquons au pied de la voie. Notre tour arrive et, pour cet après midi, ce sera donc tête pour les garçons et second pour les filles. Victor commence, suivi par Julie et Sam, qui monteront les cordes de Violaine et Pauline. Alex enchainera ensuite avec Amel et Marie à sa suite. Les plantés de piolets ne sont pas parfaits (surtout main gauche...), mais qu'est ce que ça fait du bien de "taper du glaçon" ! Chouette première cascade donc, et nous rejoignons Cognes juste avant la nuit.

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.
WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Direction Introd, plus bas dans la vallée, pour récupérer les clefs de l'appartement. Nous arrivons bien plus tard que prévu et nous ne trouvons pas le logement de Vittorio du premier coup, mais nous finissons par récupérer les clefs. Le logement est grand, nous déchargeons rapidement.

Le temps de mettre sécher les affaires, et nous nous attaquons à la préparation du risotto au fenouil. Tout se passe à merveille, jusqu'au moment de faire cuire le riz : nous l'avons oublié ! Alors c'est reparti pour la préparation du gratin de crozet. Au moins ça nous laisse le temps de prendre l'apéro. Et après un bon repas, sans mousse au chocolat (désolé Victor ;-) ), la journée se termine. RDV 6h30 demain matin.

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Deuxième jour, la journée la plus froide qu'il nous reste à priori, nous choisissons de retourner dans la vallée de Valeille, au soleil, et nous dirigeons sur Il Candelabro del Coyote. Toutes les cascades sont prises d'assaut, c'est le we et ça se voit ! Peu de cascades en conditions, beau temps, vacances scolaires... va falloir être patient. Il y a du monde au pied, mais on se dit que ça devrait quand même se décanter assez rapidement, et qu'en arrivant à huit on va faire fuir la foule... Nous décidons donc de tenter notre chance.

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Ça parpine pas mal devant nous, la terrasse d'attente est déjà prise et il est hors de question d'attendre sous la pluie de glaçon, voir de blocs de glace. Enfin ce n'est pas grave, nous avons largement le temps de nous en faire une seconde un peu plus haut. Terrasse quatre étoiles, sur laquelle nous aurons aussi largement le temps, d'affuter nos piolets, nos crampons, nos ongles aussi... ; largement le temps de prendre un encas, puis un pique-nique aussi finalement ; largement le temps de se dire qu'il fait drôlement bon au soleil, puis pas si bon que ça au bout de trois heures d'attente ; largement le temps d'improviser une chorégraphie pour se réchauffer les mains et les pieds, et de créer une petite chanson de circonstance ; largement le temps de refaire le monde et d'admirer le paysage. C'est vrai, le cadre est chouette, la montagne est belle, on est drôlement mieux là qu'en prison.... mais maintenant, vraiment , ON VOUDRAIT GRIMPER !!

c'est beaucoup plus zen d'un coup !
c'est beaucoup plus zen d'un coup !

Notre tour arrive enfin, ça tombe bien on commençait à décompenser. Mais l'attente a du bon, nous avons toute l'énergie nécessaire pour des plantés de piolets énergiques avec nos lames affutées ! Une fois parti, ça déroule pas mal. La cascade est très belle, le début de L2 en traversée est impressionnant, nous alternons planté de piolet et crochetage, et la dernière longueur, nettement moins raide, permet à trois des filles de faire un peu de tête. Nous hésitons, à faire L4 deux fois pour que chacune puisse passer en tête, mais nous sommes suivis (par des cordées qui en sont à leur deuxième cascade de la journée), alors tant pis ! Et puis les poursuivants nous éviteront de devoir remonter pour récupérer les piolets d'Amel, oubliés au relais sommital, qui prend exemple sur Victor qui a fait la même la veille...

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.
WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Rappels, lovages de corde, petite marche nordique jusqu'à Cognes, route jusqu'à Introd, douche express et nous voila repartis direction Aoste pour le diner. Et oui, la gastronomie Valdôtainne ça fait aussi parti d'un WE réussi en Italie, et Sabina (une copine italienne) nous a donné de bonnes adresses. Bon le menu, nous ne comprenons pas tout, mais grâce à la patience du serveur qui nous explique presque tous les plats un par un, nous finirons par prendre tous pareil, ou presque ! En tout cas ce fut super bon, nous en avons bien profité. Et heureusement car on n'est pas prêts d'y remettre les pieds... les doudounes de Violaine et les bouteilles de vins et autres décanteurs de vin méga design ne font pas bon ménage ! Alors entre la casse et les doudounes, nous ne serons pas passés inaperçus...

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Troisième jour, nous partons à la découverte d'un autre vallon, le Valnontey. Objectif du jour Patri, cascade la plus belle et la plus fréquentée de la vallée parait-il. Et puis, la météo annonce vraiment chaud aujourd'hui, et Patri est à l'ombre le matin. Et bien, on ne va pas être déçu ! Pour être belle, elle est belle cette cascade, et puis elle est en condition ! Mais nous ne sommes pas les seuls à le savoir, mais alors vraiment pas les seuls... Il y a au moins une vingtaine de glaciéristes qui attendent déjà leur tour au pied de la première longueur, et des alpinistes à chaque relais et ce jusqu’en haut... Idem pour la cascade de droite, qui aurait pu être une solution de repli mais qui est tout aussi fréquentée. Que faire ? Après presque 1h30 d'approche, il est trop tard pour changer de vallon. Quant à changer de versant, c'est inenvisageable. En effet, de l'autre coté, au soleil, la montagne se purge et c'est un véritable spectacle de sons et lumières avec une succession de coulées de neige qui durera une bonne partie de la matinée.

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Pas le choix, nous prenons notre mal en patience et allons attendre notre tour au pied de la cascade. Le temps d'improviser quelques paroles sur "Patri, c'est fini...", de s'équiper, de papoter un peu et la place se libère. Nous aurons finalement attendu bien moins longtemps que la veille, mais il est trop tard, enfin surtout il fait trop chaud, pour pouvoir partir à l'assaut des six longueurs de Patri. Victor veut que nous évacuions la zone pour 13h, quand le haut de la cascade passera au soleil. C'est frustrant, très frustrant, mais cela nous laissera malgré tout le temps de faire trois ou quatre longueurs en couenne, un coup en tête, un coup en second, et de brocher un peu. Le soleil arrive, nous rangeons les affaires, nous éloignons du pied de la cascade et prenons un pique-nique au soleil. Au pied du Grand Paradis, le cadre est superbe et à défaut de perfectionner notre technique de grimpe, on soigne notre bronzage. Il y a foule sur le chemin du retour, des piétons, des raquettistes, des luges, des traineaux,... le Valnontey semble être "the place to be" pour un après midi familial, les terrasses sont bondées.

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.
WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

De notre coté, nous grimperions bien encore un peu, on ne peut pas dire qu'on ait vraiment mal au bras pour l'instant. Nous allons donc jeter un petit coup d’œil au secteur de Moline, voir s'il y a moyen d'occuper la fin d'après-midi et de se finir les bras. En contre bas de la route, le torrent est très bucolique, la glace par contre pas vraiment au top. Nous trouverons quand même de quoi faire deux longueurs supplémentaires, une courte en tête, et une en moulinette obligatoirement (merci Alex d’être aller chercher le relais sur arbre pour installer la corde), histoire de bien comprendre ce que c'est que de la glace pourrie. Julie, que cette glace là ne fait pas rêver, en profitera pour réviser les mouflages, en attendant une future soirée manips au CAF, prévue tout bientôt.

Un chocolat chaud ou autre café à Cogne, pour se réchauffer, et nous rentrons tranquillement chez Vittorio. Ce soir au programme, rangement des affaires de ski dans les voitures pour optimiser le départ du lendemain matin, apéro, risotto et dodo. Demain réveil prévu à quatre heure, on va être les premiers cette fois, hors de question d'attendre et puis le froid ne semble pas de retour de toute façon.

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Lundi, quatrième et dernier jour, direction la cascade de Thoule. Nous avons été efficace. A l'arrivée au parking, ce dernier est quasi désert, ouf ! Petite marche d'approche à la frontale et nous atteignons le pied de la voie au lever du jour.

C'est moins raide, moins difficile que les jours précédents et la glace est en bon sorbet. Nous pouvons grimper en tête ! Victor prendra sur sa corde Sam et Amel qui sont bien fatiguées, problème de sommeil oblige. Vio et Julie grimperons en réversible. Marie suivra avec Pauline et Alex au débrochage. Tout se passe bien. Ca déroule tranquillement. La première longueur est en bonne condition, la seconde nettement moins, mais ça passe. Un dernier coup de rappel et nous sommes de retour aux affaires de bonne heure et à l'ombre. Tout va bien.

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Petite marche jusqu'au village, chargement des voitures, séances photos, petite terrasse histoire de casser la croute et nous voila sur la route direction Grenoble (avec un petit détour par Introd tout de même, Victor ayant gardé les clefs de l'appartement !).

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.

Ah, la cascade de glace : on aime ça, mais avec les températures actuelles, pas sûr que ce soit un sport d'avenir. En tout cas on rentre très contentes d'avoir pu grimper, frustrées de ne pas avoir réussi à en faire plus, et avec une folle envie d'y retourner : c'est pas les projets qui manquent !

WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.WE Cascades de glace à Cognes, en Italie.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article